Lugunaissatis

  • Par
  • Le 26/08/2013
  • Commentaires (0)

Lugunaissatis.

Voilà 3 ans que ce blog existe. Trois années qu'il m'est difficile de développer quelques pensées écrites sur la fête de Lugunaissatis. Cette fête est certainement une fête, parmi les huit autres fêtes annuelles, aussi simple à célébrer. Alors est-ce la chaleur estivale, une fatigue de vacances qui me pousse au recul...? Ces raison ont peut être un fondement. Mais elles ne sont pas les seules. Lugunaissatis correspond à la période annuelle du développement mûr de la nature, une espèce d'âge d'or vécu sous l'égide de Lugos. Il m'a toujours paru difficile de pouvoir exprimer le caractère profond de cette déité. De ce caractère profond et vaste, se trouve certainement l'explication de cet élan tout à fait particulier de certains celtisants, ou même druides, parmi mes connaissances. Nombreux sont ceux qui prononcent le nom de Lugos comme des chrétiens parleraient de Dieu. Il y a une consonance de summum hiérarchique, de suprématie au regard des autres dieux du panthéon celtique dans leurs propos sur Lugos. Lugos en est même admiré sous plusieurs formes patronnant certaines des autres fêtes annuelles solaires ou lunaires. Sans aller jusqu'à un "monothéisme païen", nulle autre déité ne saurait faire de l'ombre à Lugos. Le point en est qu'il est parfois envisagé auprès de certaines celtisantes tel un culte séparé, pour ne pas dire rival à la Déesse Mère. Une confusion règne au bénéfice des détracteurs de tout néo paganisme.

2106360842.jpg

Nous ne reviendrons pas ici sur la palette des formes de croyances. D'autres articles en traitent. Mais, archéologiquement, la croyance des anciens celtes, bien antérieures au christianisme, ne laisse aucun doute sur la prépondérance du culte de Lugos et de la Déesse Mère, sous de multiples aspects et noms. Les druides du temps de La Tène bénéficiaient d'un environnement naturel encore pur qui pouvait alors passer comme sans limites. Malgré la présence d'autres civilisations fortes autour d'eux (grecs, scythes, etc...) les peuples celtes aux multiples aspects n'étaient pas cantonnés dans des carcans intellectuels, où ce qui est admis communément comme vérité vous interdit toute compréhension artistique de la vie, des dieux et de l'Univers. Ils étaient unis vers la vie, sans pour autant avoir besoin de fondre la compréhension qu'il en avait dans un seul moule qui aurait été une vérité unique. Dieu unique, prophète unique, livre unique et peuple unique élu de dieu ne voulait rien dire pour eux. La vie menée par ces hommes était rudimentaire suivant les contrées et les moyens techniques du moment. Rien ne poussait à figer le divin dans une forme intangible et commune à tous ces peuples celtes. Chaque tribu ou regroupement de tribu avait ses traditions cultuelles. Chaque dieux était un refuge à une situation difficile ou un appui providentiel permettant la réussite d'un projet couronnant un espoir. Ainsi autant de circonstances, de types de besoins ou de caractères des croyants engendraient le culte de déités spécifiques répondant chacune à des attentes particulières, le tout à l'image de cette nature féconde qui offrait la vie.

14274357-une-jeune-femme-enceinte-dans-un-champ-de-ble-comme-un-symbole-de-fertilite.jpg

Mais si cela tend à expliquer le polythéisme de cette époque celtique, cela n'explique pas la prépondérance de Lugos sur tous ces pourvoyeurs d'aides différentiées. On peut se laisser imaginer que Lugos, dans les temps précédents l'influence commerciale romaine, était vénéré tant par les hommes de sagesse, druides et autres officiants, que par les deux autres partitions du peuple, hommes d'honneur et hommes de l'art. Le succès des découvertes archéologiques sur l'époque de La Tène enlève le doute sur le sujet. La Déesse Mère arborait différentes figures et différents noms en fonction des lieux, du caractère social des adeptes et de l'apparence qu'elle prenait en tant que parèdre d'une déité masculine. Quelque soit l'aspect vénéré de Lugos, son nom était et est toujours composé de sa base nominal "Lugos". Lugos apparait comme une divinité à multi facettes, un dieu au mille visages comme un soleil au mille rayons.

lug-1.jpg

Si Lugos apparait comme une divinité multi facettes, un dieu aux mille visages, cela sous entend qu'il y a un lien entre toutes ces facettes, quelque chose qui serait un point commun entre elles, un centre d'attraction qui serait aussi un départ vers un état de vraisemblance qui caractérise chaque visage. L'unicité de ce lien est la conscience universelle autant que la conscience de l'univers, sans limite et sans forme particulière. Chacun des visages de Lug est une déité celtique, chaque trait de vraisemblance est une expression de ces déités. La question qui renvoie à un équilibre philosophique entre un pôle masculin et un pôle féminin est : Dana, la Déesse mère fait-elle partie de ces visages de Lugos ? Car après tout, elle est une déité au même titre que d'autres, elles aussi importantes et contenues dans l'expression multiple de Lugos... Et bien, pas vraiment. En tout cas pas comme l'un des mille visages de Lugos. Dana apparait comme parèdre de Lugos en son propre coeur, en union avec le lien des mille visages. Si Lugos est l'ensemble des mille visages divins, omniprésent, omni compétant, le centre de cet ensemble est sans forme particulière, vide de toute substance, espace d'ou tout peu jaillir telle la vastitude de Dana. Dana est au cœur de Lugos. Celui-ci l'entoure, comme une sphère de manifestations émergeant du vide, une infinité d'enfants nés de la Mère Universelle par l'entremise d'un Père universel.

terre-et-soleil.jpg

On admet facilement la représentation de Dana comme étant la Terre. Notre planète bleue est constituée d'un vaste ensemble d'êtres vivants dont l'essence globale de la vie est Lugos. La force d'attraction qui maintien cette force vitale et ses manifestations en une sphère équilibrée est la gravité terrestre issue d'un noyau compact, constitué de matière. De nombreux scientifiques n'exclus pas l'idée que ce centre de la Terre puisse être un trou noir, un vide dont l'espace sphérique se durcirait de plus en plus en superficie.. De l'infiniment grand à l'infiniment petit, du grossier au subtile, Lug et Dana représente un couple divin de part leurs oppositions et complémentarités. C'est l'union de toutes manifestations potentielles et de l'espace vide de toutes projections, c'est la multitude d'images prêtes à se succéder et l'écran blanc qui se révèle être le support d'un film. Le panthéon des dieux celtes n'est autre que l'extériorisation des forces qui constituent ce que nous appelons la vie. Nous, êtres humains, constitués de pleins répartis diversement, et de vide comme nature intrinsèque, nous sommes en autres phénomènes les fils et filles de Lugos, dieu aux milles visages, et de Dana, Mère des mères.

el1-jpg.jpg

Mais l'homme s'imagine qu'il est maître et créateur de ses actes en son propre nom. Quelle erreur ! Quelle arrogance ! C'est un pouvoir supérieur qui fait toutes choses. L'homme n'est qu'un instrument parmi tant d'autres. Accepter cette position est le début de la liberté au-delà de toute opposition. La refuser, c'est fermer la porte de la prison et jeter la clé à travers les barreaux de la fenêtre. Mais il sera alors toujours aisé d'exprimer la beauté des manifestations de la nature. Chants d'oiseaux, fraicheur de la rosée, couleur d'une aurore printanière, tout cela restera une source d'enchantement. Les forces qui orchestrent ce merveilleux concert paraissent plus rigides ou plus limitées lorsqu'on les regardes une à une. Notre regard sera alors tenté par certaines et se détournera de certaines autres. Mais qui souhaite voyager jusqu'au coeur de l'Univers doit tout accepter et ouvrir sa compréhension bien au-delà du simple horizon de sa propre existence et savoir voir au-delà de sa petite fenêtre. De nos jours, cela prend l'aspect d'un gigantesque défi. Nombreux sont ceux qui savent qu'une goutte d'eau se perd dans l'océan. Rares sont ceux qui savent que l'océan se retrouve dans une goutte d'eau.

Lugunaissatis

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site