Diolacatos (équinoxe d'automne).

Diolacatos (l'équinoxe d'automne).

 

Nous parvenons, ou revenons, au point équinoxial entre l'été et l'automne. Le cycle diurne annuel s'engage dans ses derniers quartiers. Succelios le vieille homme chargé de maturité et Nantoceltua sa parèdre se retrouvent dans l'union ultime celle de la fatigue qui mène au long repos de la nuit hivernale. pour ceux qui suivent les pérégrinations de ce blog depuis deux ans, les mots et les symboles se répètent inévitablement. Mais tel est le cycle de la vie de notre planète comme du reste. Une rouelle qui n'en finit pas sans pour autant se répéter à l'identique. Parvenu à l'état de vieillesse, on fait le point sur sa propre vie, en tout cas sur une vie dans laquelle on s'est tellement investi que l'on a fini par croire qu'elle était unique. Le temps de l'équinoxe est un temps des moissons tardives, de tri, de rangement, de préparation au grand passage. C'est le temps de l'archiviste qui trie les connaissances accumulées.

 

Nécessairement, qui dit tri, dit conserver certaines choses et en jeter d'autres. L'équinoxe d'automne est donc aussi un moment de funérailles, de ce geste qui se sépare de tout ce qui est appelé à retourner à la vastitude. Savoir ce qu'il faut garder, savoir ce dont il faut se séparer, est étroitement lié au fait de savoir ce qui peut être gardé et savoir ce qui est inévitablement amené à disparaître. Qu'on le veuille ou non, il y a d'autres qui sont éphémères et périssables. Qu'on l'admette ou non, il y a des phénomènes qui demeurent en mutant. Les premiers relèvent du grossier, du matériel. Les seconds relèvent du subtil, du domaine de l'insondable en l'esprit. Il en est ainsi dans toutes les expressions de la vie. Dans la nature des macro réalisations du cosmos, dans l'individu, humains ou autres espèces vivantes, et dans une société, un regroupement de foyers de vies. Une société orientée vers le matériel est une société de lourdeur au devenir éphémère. Une société spirituelle est une société au relations internes se basant sur les règles fondamentales de la vie. Son devenir est plus durable car posé sur une énergie sans cesse renouvelée. Je ne parle pas là des théocraties, qui ne sont qu'un matérialisme religieux, un esprit collectif fossilisé par des lois qui rendent les éléments constituants comme des esclaves d'une théorie soit disant sainte. Mais ne nous leurrons pas. Même dans une conception spirituelle se trouve une part religieuse. Toute la vigilance de l'adepte doit se pointer sur ce qui tend au dogmatisme qui rendra périssable la source d'énergie initiale. Le remède ou l'aide à la vigilance est l'aspect philosophique du spirituel qui amène les adeptes a évoluer vers une maturité intérieure qui leur permettra d'accepter l'éphémère de ce qu'ils pensent être.

 

Dans cette perspective équinoxiale, il peut être décelé un point d'équilibre entre ce qui fut évident et ce qui pourra l'être au delà du conditionnel, en restant dans le domaine du relatif . Toute certitude est éphémère sur l'échelle du temps... Les quatre fêtes précédentes marquèrent la période croissante et lumineuse du développement annuel de la nature. La fête équinoxiale marque la décroissance, jusqu'au point d'équilibre final entre le concret et l'abstrait, entre la vie et la mort. Le point d'équilibre est l'ultime maturité d'un esprit qui précède le transfert de l'énergie de vie dans une autre dimension, et qui, après la régénérescence, forgera peu à peu un nouveau cycle d'évolution. Nous sommes comme des pulsars dans l'espace, apparaissant, disparaissant. Ce cycle de croissance de la lumière, apogée, décroissance, régénérescence est reconnaissable dans toutes les expressions de l'univers.

 

De la construction d'un système solaire, jusqu'à l'apparition/disparition d'une pensée dans nos esprits, la croissance/dégénérescence d'une société, l'automne qui marque la fin d'un été qui ne reviendra plus et le début d'un hiver qui précède l'avenir d'un nouveau printemps... Au creux de nous même tout est là. La pierre philosophale qui transmute tout est en nous. La trouver est tout simplement accepter de regarder ces changements du décennal à l'annuel, de l'annuel au saisonnier, du saisonnier au quotidien, du quotidien à l'instantané. Cela, seule la méditation peut le permettre par un entrainement volontaire. La période automnale et hivernale qui suivra l'équinoxe d'automne est la période appropriée pour "rentrer dans la grotte", laisser les cris venant de l'extérieur s'altérer d'eux-mêmes, retrouver l'essentiel sans jamais le saisir...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site