Satios (équinoxe de printemps).

Satios (Alban Eiler).

 

L'aurore d'un jour nouveau s'engage similairement à l'aurore d'un nouveau monde, celui qui est en train de se disposer devant nos yeux par des changements profonds, écologiques, sociologiques et technologiques.

 

Le passage de l'équinoxe d'hiver au printemps est comme un équilibre entre la nuit et le jour. Et, par extension au thème déjà entrepris, il y a quelques mois, un équilibre entre le passage de la mort à celui de la vie, le processus de gestation de l'esprit en quête de devenir et qui entre dans le ventre de sa future mère pour devenir un enfant. Cela est la raison qui prête l'œuf comme le symbole de cette fête. Un équilibre entre les forces solaires du jaune et les forces lunaires du blanc. La lune est déterminante à compter de l'équinoxe sur la croissance la nature. Le soleil se rapproche de la terre et aide la croissance par la luminosité nécessaire aux plantes mais aussi aux réalisations de l'esprit par la clarté de l'esprit. Cet esprit vient de ce que certains nomment le Gwen Ved, le monde blanc, une dimension propre à Dana issue de la période d'Ambiuolcios, d'Imbolc.

 

Durant cette période entre Imbolc et l’équinoxe, l’esprit en quête de devenir retrouve ses constituants de base : la conscience, l’attirance, l’identification, la sensation puis les facultés sensorielles. Progressivement, il retrouve le contact avec la multitude des phénomènes perceptibles. C’est ainsi que durant cette période un contact devient possible avec d’autres formes d’esprit en devenir, eux aussi en quête de manifestation dans ce monde que nous nommons la réalité. Cela procède d’un développement incarnatoire qui libère la conscience individuelle et engage un développement qui finira par se matérialiser dans un monde, une expression de vie dont l’humanité est une partie intégrante. Mais la clé de ce processus incarnatoire, ce qui scelle l’esprit en devenir avec le monde de la forme, c’est la force d’union universelle. Cet esprit et la forme représentent les deux opposés de cette force d’union universelle, deux opposés qui ne demandent qu’à faire qu’un en s'unissant. Lorsque cet esprit en devenir, qui vient de traverser les trois états post mortem, n’a pas su et/ou n’a pas pu demeurer de par ses propres qualités dans la force d’union universelle contenue dans les trois déités hivernales, alors, lorsque revient l’aurore d’une nouvelle vie Teutatos le poussera vers des conditions extérieures qui illustrent cette force d’union universelle dans le monde des vivants. Ce sera l’union de son futur père et sa future mère qui représenteront cette force d’union universelle. L’attraction de ses deux parents le propulseront hors du Gwen Ved dans la matrice qui le formera à l’image de ce monde qui sera désormais le sien. Comme rien n’arrive par hasard, ce sera les traces laissées dans les existences précédentes qui serviront de guide vers la forme d’union du géniteur et de la matrice, donnant la providence d’un monde particulier suivant les quatre types de naissances.

 

L’Alban Eiler est la fête de l’énergie de vie manifestée sous forme de source d’amour. C’est un élan en avant poussé par les sens naissants et s’imposant à la conscience. Cela s’exprime primordialement par le désir sexuel, la force d’attirance des contraires, de ce qui est perçu comme "autre" face à "moi", quelque chose qui est à la fois opposé et si proche par la similitude de l’essence et de la force de vie. Pour l’esprit en quête de devenir, c’est cette attirance vers l’inconnu qui pousse à l’incarnation et par conséquence sa part sexuée. Les contraires s’attirant, lors de la rencontre avec les futurs parents, ce sera celui des deux qui suscitera le plus d’attraction qui gravera la polarité du futur naissant par opposition. Inversement, ce sera celui qui suscitera le plus de rejet qui fixera le type d'incarnation. Plus le rejet se fera avec de la haine, plus le monde où se fera la futur vie sera un monde de rejets et de douleur. Ceux qui ont la possibilité d'éprouver de l'attraction pour le père, ou pour la mère, sans rejeter l'autre se verront couronné des deux forces : celle de l'amour pour le pôle opposé et celle de la fraternité de son propre vecteur d'énergie.

 

Satios est un instant crucial dans le développement de la nature sous tous ces aspects. C'est une fête qui marque une énergie fantastique de désir dans un déséquilibre entre les deux périodes du cycle de la mort et de la vie. La nature végétale exprime aisément cela lorsqu'on voit un bourgeonnement précoce qui ne tient pas compte de la fragilité du climat qui est encore si changeant. Tout peut être possible, mais les impulsions sont si fortes et la sagesse est si précaire que rien n'est assuré. Teutatos est la divinité de l'énergie brute, incontrôlée et pour beaucoup incontrôlable. La sagesse des druides voit en cela un contexte bouleversant car au delà des acquis de connaissance, rien ne garantit que la société ne suive pas des impulsions néfastes. Comme un pommier qui fait confiance à une période de beau temps sans se soucier des gelées matinales qui brisent l'élan des bourgeons.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site